Messages du président Mark Johnson concernant la COVID-19

Troisième annonce de Mark Johnson, président de l’ÉASJC, concernant le coronavirus

Notre président Mark Johnson continue d’offrir encouragement et direction aux adventistes canadiens qui demeurent confinés à la maison durant la pandémie de COVID-19.

Chers frères et sœurs, rebonjour! J’espère que vous vous portez toujours bien et que vous faites preuve de compassion et de bonté en vous isolant et en pratiquant la distanciation sociale ainsi qu’une hygiène impeccable.

La pandémie actuelle nous rappelle l’Église primitive et ses petits rassemblements, souvent dans les foyers ou d’autres espaces privés.

Ses membres étaient axés sur la communauté et sur autrui plutôt que sur eux-mêmes, et ils préparaient assidûment leur cœur pour le retour de Jésus.

De plus, l’Église primitive n’avait pas les beaux bâtiments dans lesquels nous nous rassemblons aujourd’hui pour adorer. Mais les chrétiens savaient une chose : qu’ils étaient l’Église.

Certains sont peut-être très attristés par la fermeture de nos bâtiments d’église. Pourtant, si nous sommes l’Église, alors les heures d’ouverture d’un bâtiment importent peu.

Les bâtiments sont fermés et les groupes ne peuvent être très nombreux, mais la mission de l’Église se poursuit.

Vous savez, le concept d’isolement n’est pas nouveau.

Dans Lévitique 13, nous pouvons lire les instructions que Dieu a données aux Israélites quant à la façon de réglementer les gens atteints de maladies de la peau. Ceux qui en souffraient devaient être examinés et mis en isolement, loin des autres.

Voilà comment Dieu faisait preuve d’amour et de protection, tant pour les Israélites qui se portaient bien que pour ceux qui souffraient d’une maladie.

Et pendant que les malades demeuraient seuls jusqu’à ce qu’ils soient déclarés sains à nouveau, l’amour de Dieu demeurait avec eux.

Nous devons donc suivre l’exemple de notre Père.

Ainsi, pendant que nous sommes confinés à la maison, comment continuer d’aimer à la manière de notre Sauveur?

Nous pouvons continuer de l’adorer par des chants, des louanges et la méditation de sa Parole.

Nous pouvons prendre le téléphone et appeler d’autres personnes pour leur offrir quelques mots de réconfort.

Nous pouvons prendre des nouvelles de nos voisins pour nous assurer qu’ils ont tout ce dont ils ont besoin.

Nous pouvons utiliser les médias sociaux et d’autres moyens qui permettent l’éloignement physique pour tisser des liens et partager l’Évangile.

Les bâtiments sont fermés, mes amis, mais l’Église est toujours vivante. Allez donc et soyez un disciple qui fait des disciples.

Un deuxième message du président Mark Johnson concernant la COVID-19

Mark Johnson, président de l’Église adventiste du septième jour au Canada, continue d’encourager les membres durant la pandémie actuelle. 

Chers frères et sœurs, bonjour! Nous continuons de vivre avec les changements que le coronavirus nous impose.

Beaucoup d’écoles et de lieux de travail sont fermés, notre routine a été radicalement modifiée et le gouvernement prend tous les jours de grandes décisions.

Mais alors que nos activités quotidiennes ont changé, notre Dieu et notre identité sont demeurés les mêmes.

Dans mon dernier message, je vous ai incités à ne pas oublier qui nous sommes, à vous souvenir que nous formons l’Église de la compassion désintéressée, celle qui ne cesse de traiter son prochain avec amour en tout temps. D’un même souffle, je vous exhorte à ne pas oublier que nous sommes également un peuple qui s’accroche fermement à la parole de Dieu.

Alors que le chaos nous encercle, nous sommes fidèles plutôt que craintifs. Et au beau milieu de l’incertitude et de l’anxiété, nous, l’Église adventiste du septième jour au Canada, déclarerons encore plus fort notre foi en le seul vrai Dieu vivant, notre foi en Celui qui nous a outillés de son amour et de sa Parole prophétique.

Nous ne nous dispersons pas, nous nous adaptons, alors nous continuons de participer aux cultes d’adoration, soit en ligne ou par téléphone.

Nous continuons d’étudier nos leçons de l’école du sabbat, nous poursuivons nos dévotions quotidiennes et nous remercions le Seigneur de répondre à nos besoins. Nous continuons d’étudier et d’être transformés par les Écritures ainsi que de prier (pour nos proches, nos dirigeants et notre Église). Et nous ne cessons surtout pas de nous préparer pour le retour de Jésus.

Pendant cette perturbation de nos habitudes, notre relation avec notre Père s’approfondit.

Nous sommes le corps du Christ, et dans la fournaise de l’épreuve, comme nos mentors Shadrac, Méschac et Abed Nego, nous marchons d’autant plus dans la foi.

Ainsi, notre Église sortira de cette pandémie plus forte que lorsqu’elle y est entrée.